Selon les experts scientifiques de l’ONU, la biodiversité vit un effondrement inégalé. Seuls des changements radicaux, notamment en éducation scientifique, pourront modérer ce déclin. En réponse à cet enjeu de taille, une équipe interdisciplinaire en didactique des sciences, en écologie végétale et en animation scientifique a mis sur pied un projet de sciences citoyennes pour étudier la biodiversité dans les milieux près des écoles. Des chenilles en pâte à modeler sont installées pour étudier la prédation dans les arbres. Les chercheurs en sciences biologiques en étudient les effets sur la biodiversité végétale de la forêt urbaine, notamment sur son fonctionnement et sa résistance aux insectes défoliateurs. Les chercheurs en didactique des sciences, quant à eux, s’intéressent aux apprentissages des élèves lorsque ceux-ci se réalisent dans différents contextes signifiants pour eux. À la fin de cet atelier qui présentera l’ensemble du projet, chacun repartira avec sa chenille-espionne!

Pour amener les élèves à juger de manière éclairée de la place que les sciences occupent, il s’avère essentiel que l’école puisse permettre aux élèves d’être en lien avec de vrais scientifiques et de réaliser des apprentissages suffisamment signifiants à l’école pour qu’ils soient transférés à d’autres contextes. C’est exactement ce que propose le projet de sciences citoyennes qui sera présenté lors de cet atelier.